Histoire de Sophie

ailesC’est sur les terres sablonneuses d’Afrique que Sophie Salleron à écouté ses premières histoires.La première conteuse qu’elle a rencontrée reste indéniablement sa maman.
Une petite enfance passée à l’école maternelle de Libreville au Gabon ; elle grandit près de l’eau, fait la découverte d’une autre culture et d’une lumière forte et éclatante.
Sophie passe son enfance et son adolescence dans l’île d’Oléron, la tête dans les livres ou dans les nuages, les pieds dans l’eau ou sur les sentiers mouillés des forêts de pin.
Sur ses bulletins d’école on retrouve souvent : « enfant bavarde et étourdie », parfois « dissipée ».

 

La vie grandit dans un doux rêve. Prémices de l’âge adulte : Sophie fait ses études de lettres à Bordeaux, toujours portée par les mots.Un jour, elle y fait la rencontre déterminante d’Hamadi, conteur berbère ( mais ça, elle ne le découvrira que bien plus tard);
Quelques mois après, sac-à-dos en main, elle part vivre à Bruxelles pour suivre les cours de l’école du conte de Bruxelles.
Une escale d’un an en Corse, à Corte pour obtenir sa carte de guide-interprète, s’imprégner des odeurs du maquis corse, rassurer ses parents.
Deux grands voyages : Australie et Amérique du Sud pour découvrir d’autres horizons, d’autres cultures, d’autres langues, rencontrer de nouveaux amis et histoires de vie.
Un passage au jardin-musée Bourdelle d’Egreville où Sophie racontera la vie d’Antoine Bourdelle, fabuleux sculpteur et proposera au jardin des mercredis contés.
Elle fait la très belle rencontre à Paris de Catherine Lamouroux et d’Henri Gougaud où elle y suivra des ateliers.
Départ pour le Grand sud où Guillaume lui fera découvrir les enchantements et les sortilèges de la Provence mais l’océan est trop loin…
Retour au port.
Aujourd’hui Sophie raconte des histoires encore et encore : des histoires vraies, imaginées, rêvées ici ou là-bas , ailleurs ou là, partout où les esprits sont prêts à s’évader et les âmes à rêver.